Indignation

Markus Mesner a 19 ans en 1950 et fils unique. Il vit dans une petite ville du New Jersey (peuplé d’une forte communauté juive) où ses parents tiennent une boucherie et son père tue les bêtes et volaille selon le rituel kasher ce qui lui confère une bonne renommée locale. Très jeune, Markus a dû aider ses parents et son père l’a fait participer activement et sans relâche à son travail depuis l’abattage auquel il répugnait jusqu’à la vente de la viande aux clients. Markus est par ailleurs un élève doué, volontaire, brillant. Alors qu’il va pouvoir entrer à l’université et qu’il commence à prendre ses distances avec ses parents, son père le harcèle et lui mène une vie d’enfer par peur de le perdre (il redoute sa mobilisation pour la guerre de Corée).

Markus décide alors de s’inscrire dans une autre université à 800 kms de chez lui, uniquement pour être plus libre et connaître un autre monde que celui du milieu juif dans lequel il a grandi, sans savoir à quoi s’attendre. En dépit d’un règlement régressif par rapport à ce qu’il a connu précédemment et d’une adaptation compliquée, il a sa première expérience sexuelle tout aussi inconcevable qu’inattendue avec Olivia, une jeune fille malheureuse en famille et perturbée. Il sait alors que rien ne sera plus comme avant et que tout va changer…Ce que démontrera la suite de ce beau roman qui dépeint de manière réaliste la place de la jeunesse à cette époque très balisée par les conventions civiles et religieuses et …la raison d’Etat.

Le style fluide, la description fine des sentiments, le réalisme sans concession qui caractérisent l’écriture de Philip Roth se retrouvent dans ce dernier roman qui y gagne cependant en concision.

Présenté par Marie-Annick D.