Dangerdemort

Ruth Rendell est connue pour être spécialisée dans le roman psychologique criminel.

La structuration de ces romans ne part pas du constat d’un crime ou autre délit, c’est le plus souvent dans l’approfondissement de l’intrigue ou d’une situation, après avoir passé au crible la psychologie des différents personnages qu’on arrive à un dénouement criminel ou délictueux qui peut surprendre d’ailleurs le lecteur.

Pour ce roman, il y a un enchevêtrement de situations dans lesquelles se côtoient des personnages sympathiques, d’autres plutôt perturbés ou étonnants et d’autres violents.

La narratrice est Clodagh, une jeune femme d’une trentaine d’années qui raconte (au moyen d’un journal personnel) une période de sa vie qui s’est déroulée à la fin des années 80 sur une année alors qu’elle avait 19 ans, à la périphérie de Londres.

Elle arrive à Londres pour suivre des études pour lesquelles elle n’est pas du tout attirée, et elle est logée chez un cousin universitaire imbu de sa personne qui lui prête un appartement. Ce changement dans sa vie intervient après une terrible aventure personnelle survenue alors qu’elle avait 17 ans. Claustrophobe, Clodagh préfère les hauteurs, à l’air libre. Elle escalade donc les clochers d’église, les tours et…s’attaque aux pylônes électriques des lignes à haute tension. Elle a pour compagnon Daniel qui mourra d’électrocution lors d’une escapade en forme de défi sur un de ces pylônes. Ses parents et connaissances la rendent responsable de cet accident dont elle est très malheureuse.

Peu après son installation désastreuse à Londres, pas vraiment sorti de son cauchemar, elle fait la connaissance de Silver un garçon de son âge qui dispose d’un appartement dans l’immeuble de ses parents qui préfèrent leur maison de campagne. Silver est beau et d’un naturel généreux, accueillant et empathique, toujours prêt à aider les autres à être eux-mêmes, il est aussi très tolérant ayant une grande confiance dans les autres même dans les pires d’entre eux. Clodagh et Silver s’aiment très vite et elle rejoint Silver et tous ceux qui habitent déjà dans son appartement en permanence ou occasionnellement. Plusieurs d’entre eux partagent une même passion : l’escalade des toits du quartier, pour le plaisir d’être sur les toits, contempler…et se révéler leurs secrets mutuels : l’accident du pylône, un mystérieux enlèvement pour Silver alors qu’il n’avait que trois ans.

C’est ainsi qu’au cours de leurs périples, ils vont découvrir un couple caché dans un appartement voisin avec un enfant, qu’ils reconnaissent comme étant ceux recherchés activement par la police pour enlèvement de l’enfant suite à une décision des services sociaux. Silver et Clodagh vont alors se passionner pour la cause de ce couple et s’employer généreusement à les aider à s’en sortir…ignorants des réalités, naïfs. La fin prévisible réserve pas mal de surprises bonnes et mauvaises.

C’est un roman sur la psychologie de la jeunesse : ses élans de générosité, les tourments de l’adolescence, les excès, les prises de risques, les blessures d’enfance terribles et destructrices mais aussi sur la capacité à s’en sortir pour certains.

NB : voir aussi « L’analphabète » adapté par Claude Chabrol dans « La cérémonie » avec Isabelle Huppert et Sandrine Bonnaire.

Présenté par Marie-Annick D.