24hdelaviedunefemme

Le narrateur situe l'histoire sur la Riviera (10 ans avant la seconde guerre mondiale) dans une petite pension.
Lors d'un diner, une violente altercation éclate à sa table. Un scandale venait d'arriver au Palace jouxtant la pension et révoltait les convives.
Voilà l'histoire : une femme mariée venait de s'enfuir avec un jeune homme qui, par ailleurs, était fort sympathique et bien élevé.
Le narrateur, sans réfuter la gravité de la situation, prend néanmoins la défense de la femme, parlant de « coup de foudre »
Une vieille femme demande un entretien avec le narrateur afin de lui raconter un évènement qui lui est arrivé !!!!!!
Séjournant à Monte-Carlo, veuve depuis peu, âgée de 40 ans, elle s'est passionnée instantanément pour un jeune homme qui s'avéra par la suite être un voyou. Cette passion dura 24 heures, elle ne maitrisera plus ses sentiments, impensable chez cette femme rangée.
L'attitude du narrateur qui va écouter cette femme est remarquable d'empathie, de non jugement, ce qui permet à cette femme de se libérer de ce poids culpabilisant.
Attitude sans doute rare à l'époque qui témoigne de l'humanité du narrateur qui est peut-être Stefan Zweig lui-même, ce qui ne serait pas étonnant !

Présenté par Christiane R.

 

Une vieille anglaise raconte au narrateur une aventure extraordinaire qui lui est arrivée à Monte-Carlo alors qu’elle était veuve depuis longtemps, avec un jeune homme passionné du jeu qui le détruit … Exaltation des sentiments impensable chez cette femme « rangée », d’un bon milieu … qui, pendant 24 heures, sera autre, impensable même pour elle, totalement sous l’emprise de ses sentiments.

L’attitude du narrateur qui va écouter cette femme est remarquable d’empathie, de non jugement ce qui permet à cette femme qui, longtemps après cette aventure reste toujours affectée par celle-ci, de se libérer, de se soulager de ce poids culpabilisant. Attitude sans doute très rare à l’époque qui témoigne de l’humanité du narrateur qui est peut-être Stefan Zweig lui-même, ce qui ne serait pas étonnant.

Présenté par Marie-Annick D.

Lu aussi par Christiane G. et Milou B.