LAstory

Los Angeles, la ville de tous les rêves, de tous les espoirs mais aussi de toutes les désillusions et de toutes les galères. La vie n'est pas toujours facile sous le soleil californien et malgré le nombre important de nouveaux arrivants tous les ans, la mégapole n'exauce pas tous les vœux. Amberton Parker a eu de la chance : il est une star mondiale reconnue et adulée mais il cache son homosexualité pour ne pas nuire à sa carrière et une rencontre risque finalement de chambouler sa vie. Vieux Joe, clochard alcoolique mais pacifique de Venice Beach qui n'a même pas 40 ans mais en paraît 70, cherche les réponses à ses questions existentielles et c'est peut-être une jeune fille blessée découverte dans la rue qui va les lui donner. Dylan et Maddie ont fui leurs familles violentes et l'Ohio en espérant une vie meilleure mais trouver un travail se révèle plus compliqué que prévu et l'argent reste un problème pour eux. Esperanza est née aux USA de parents mexicains qui font tout pour que leur fille chérie ait une vie agréable et fasse des études mais la jeune femme est complexée et perd sa bourse pour l'université. Elle accepte alors de travailler comme femme de ménage pour une vieille dame acariâtre et raciste …

J'avais repéré ce roman en librairie car le titre m'attirait fortement et je l'ai finalement emprunté à la bibliothèque mais maintenant, je regrette de ne pas l'avoir acheté ! Mieux connaître l'histoire de Los Angeles m'intéressait, même si celle-ci était romancée et pas forcément toujours exacte, comme le signale l'auteur dès le départ. C'est plutôt l'ambiance de la ville et ses habitants qu'il décrit ici et on est loin d'un livre "éducatif", même si des chapitres sur l'histoire de Los Angeles depuis sa création apparaissent de temps en temps au fil des pages. Au début de ma lecture, j'ai craint le pire à cause du style. Des répétitions de phrases ou de bouts de phrases, une quasi absence de virgules dans les descriptions, une façon différente et étrange d'aborder les dialogues, tout cela m'a tout d'abord rebutée mais au bout de quelques pages, je n'y faisais plus vraiment attention car cela servait à créer une atmosphère particulièrement prenante et hypnotique. L'auteur nous raconte plusieurs tranches de vie, de façon plus ou moins longue et détaillée: des personnages ne font qu'une brève apparition lors de quelques lignes, représentant le melting-pot de la mégapole, d'autres tiennent la vedette le temps de quelques pages et il y a ensuite ceux que j'ai cités dans mon résumé : la star, le clochard, les jeunes "provinciaux" qui galèrent et la jeune mexicaine, ce qui, là aussi, représente une part non négligeable des habitants de Los Angeles, même si cela peut paraître un peu cliché mais cela n'enlève en rien la puissance d'évocation de l'auteur. Leur vie est agaçante, attachante, révoltante, touchante, pleine d'espoir ou désabusée et l'alternance des chapitres "histoire-personnages furtifs-personnages principaux" donne un certain rythme à ce roman qui m'a particulièrement touchée. Etrangement, c'est parfois les personnages furtifs qui m'ont marquée car ils sont terriblement "réels". Est-ce parce que j'ai toujours été fascinée par cette ville, parce que je la connais un peu, avec ses défauts et ses qualités, que j'ai adoré ce roman ? Peut-être, peut-être aussi que je ne pouvais m'empêcher de comprendre tous ces gens qui espèrent une vie meilleure, qui croient encore à leurs rêves même si ceux-ci sont déçus et qui se battent pour eux. C'est brillamment écrit, c'est envoûtant, cela a fait m'a fait vibrer et pour une fois, je vais citer la fin du roman car je la trouve totalement adaptée à ce que j'ai ressenti : " Tous avec leurs rêves. Elle les appelle et ils croient en elle et ils ne peuvent pas lui dire non, ils ne peuvent pas dire non. Elle les appelle. Elle appelle. Appelle.".

Présenté par Joëlle H.