Labaiedemidi

Jenny, la narratrice, quitte la Grande-Bretagne, avec des milliers d’autres enfants, pour Le Cap, afin d’échapper aux bombardements. A la fin de la guerre, sa mère meurt et son frère Edmund vient s’installer au Somaliland italien où elle le rejoint. Il se marie et ils rentrent tous les trois à Londres.

En 1949, elle vient à Naples comme traductrice sur une base britannique où elle travaille sous les ordres d’un colonel, puis pour un biologiste écossais dont elle sera vaguement amoureuse. C’est à Naples qu’elle naîtra enfin à elle-même. Et pourtant la ville est « juchée sur un tas d’ordure ». La cité porte encore les stigmates de la guerre. « Les atouts de Naples sont tellement secrets, … relégués dans des ruelles malodorantes, enfouis dans des recoins sordides, ils participent au dénuement général de la ville ».

Elle y fait la connaissance de Gioconda, écrivaine au passé douloureux, vivant dans un palazzo délabré. Elle y fait la connaissance de Gianni, cinéaste romain, amant de Gioconda. Elle visitera Pompéi, Herculanum, Paestum, Capri. Elle sera éblouie par Rome. Il y a le Vésuve, la Méditerranée, la baie somptueuse, l’âme napolitaine.

Le lecteur la suit dans les ruelles, aux terrasses des cafés, dans les petits restaurants. Il y a les églises, les palais, les couvents, les pêcheurs, les ribambelles d’enfants qui jouent, se baignent. Il y a les brocanteurs, les antiquaires. Il y a les levers de soleil, les couchers de soleil, éblouissants, mais aussi les longues semaines de pluie. Et puis les vols, les assassinats, les chantages.

Elle s’installera dans un petit appartement qui domine la baie. Serafina, sa femme de ménage, prendra soin d’elle pendant toutes les semaines où une méchante hépatite la cloue au lit. Cette jeune femme passablement abîmée par l’existence naît à la vie au soleil de Naples et rentera en Angleterre armée pour affronter son avenir.

J’ai bien aimé ce livre, mais j’en ai trouvé le style un peu lourd. Peut-être est-ce dû à la traduction ?

L'auteure a écrit romans et essais, elle est britannique mais américaine par mariage. Elle est née à Sydney en 1931. Elle a beaucoup voyagé avec ses parents, son père étant diplomate. En 1956, elle travaille un an à Naples comme traductrice sur une base militaire de l’OTAN. Ce séjour la marquera profondément. Depuis 2006, elle vit à New-York et va régulièrement à Capri où elle a une maison.

Présenté par Catherine C.