Unjouravantpaques

Roman en trois chapitres correspondant chacun à un âge différent du narrateur, Edmond :

- « Les noyaux de griottes » (12 ans)

- « Les coquillages » (la quarantaine)

- « Les pensées blanches » (autour de soixante ans …)

Communauté d’Arméniens installée sur les bords de la mer Caspienne en Iran suite au génocide débuté en 1913 par les Turcs. Aucun des personnages n’a connu l’Arménie mais tous gardent un profond attachement à leur pays : coutumes, cuisine traditionnelle (souvent évoquée), rites religieux (orthodoxe) et respect inconditionnel à leur patrie d’origine.

Mais en Iran, la cohabitation avec les musulmans est obligée et se passe souvent bien même si elle est réduite au minimum et reste quelque peu distante et méprisante car inconcevable …

Alors que Pâques est une fête incontournable pour les Arméniens en réunissant les familles, nous faisons connaissance d’Edmond à 12 ans dont la meilleure amie et sa complice de jeux d’enfant n’est autre que Tahereh, la fille espiègle et délurée du concierge musulman de l’école arménienne, dont elle profite d’ailleurs. Son père n’approuve pas beaucoup cette amitié et « la féminité » de son fils, ce qui attise les tensions dans ce couple dont la femme ne correspond pas vraiment à ce qui est attendue d’une arménienne. Pourtant l’amitié des deux ados est pure, intelligente et traversée de la liberté donnée par cet âge.

Dans le deuxième chapitre, Edmond devenu directeur de l’école arménienne de Téhéran et est marié avec Marta. Ils ont une fille, Allenouche, qui a un fort caractère, une grande vivacité et parle de se marier avec Behzad, un non arménien ! C’est le choc pour ses parents qui vont tout faire pour conduire leur fille à changer d’avis, dont un séjour en famille dans leur village d’origine pour retrouver les racines arméniennes, ce qui ravit Allenouche qui cependant veut vivre sa vie …

Dans la troisième partie, Edmond semble ne plus avoir la force de travailler. Il se fait vieux et surtout il est seul et triste : Marta est morte, sans doute de chagrin, il y a quelques années. Seule Danik, une arménienne émancipée et collègue de travail depuis longtemps, arrivera grâce à son soutien constant à l’aider …

Très beau roman, avec une écriture toute en suggestion, en scènes bien choisies, qui s’inscrit dans une histoire peu connue qui est celle de l’implantation des Arméniens pourchassés en Iran.

Présenté par Marie-Annick D.