Lacarteautresor

L'histoire se passe à Pékin où le narrateur travaille et possède un appartement, signe de réussite, pour lui qui est issu d'un milieu paysan pauvre.

Un jour dans la rue, il se fait accoster par un de ses anciens camarades d'école : Maké. Celui-ci n'a pas un sou, vit sous les ponts et insiste pour se faire inviter au restaurant. Pensant se débarrasser très vite de cette rencontre encombrante, notre narrateur l'entraîne dans la première gargote venue, spécialisée dans les raviolis, c’est important pour la suite de l’histoire, tenue par un couple de vieux qui aurait trois cents ans à eux deux …

Tout au long du repas, ce n'est qu'un débit de paroles incessant de la part de Maké qui nous entraine dans tout ce qu'ils ont vécu ensemble pendant leur enfance et leur jeunesse. Il nous parle de tigre et de moustache magique, d'anciens soldats devenus ''soldats d'usines de peaux de lapins'', des paysans, des fonctionnaires corrompus, de Confucius, de l'après Mao.

C'est quasiment un monologue décousu, sur un rythme identique tout au long du roman, mélangeant légendes, faits réels, histoire de la Chine ancienne et nouvelle, un récit presque sans ponctuation qui défile à toute vitesse, drôle et tragique à la fois et qui nous tient en haleine jusqu'à la fin. C'est aussi un résumé en 120 pages plus le glossaire d'un pan de l'histoire récente (50 ans) de la Chine.

 

Né en 1955 ou 1956 dans une famille de paysans pauvres du Schandong (Est de la Chine), l'auteur s'engage dans l'Armée populaire de Libération en 1976, puis au Parti Communiste en 1979. Il commence à écrire en 1981 des romans, des sagas et nouvelles.

Présenté par Milou B.