Lapetiteetlevieux

Dans ce premier roman, l’auteure nous fait découvrir son quartier de Limoitou dans la ville de Québec dans les années 70, populaire mais peuplé de personnages originaux et attachants au langage sans vernis.

La petite Hélène a huit ans, elle vit entourée de son père, enseignant solitaire et déprimé, sa mère souvent à cours d’argent et exigeante avec ses enfants et ses trois soeurs.

Elle se fait appeler Joe pour ressembler à l’héroïne de son dessin animé, forcée par son père à se déguiser en garçon pour devenir colonel de la garde de Marie-Antoinette. Elle va se vieillir pour être autorisée à distribuer les journaux à domicile avant d’aller à l’école, ce qui lui permet d’observer la vie des gens avec une certaine maturité.

Elle s’efforce de penser au quotidien d’une façon héroïque pour ne voir que les bonnes choses de la vie et des gens (elle glisse les billets gagnés en travaillant dans le porte-monnaie de sa mère et aide aussi les personnes âgées).

Elle se lie avec un vieil homme, Roger, souvent assis devant son immeuble. Il est triste, las de vivre, il boit aussi beaucoup mais accourt chaque fois que l’on a besoin de lui. Sa relation avec la petite va donner plus de sens à sa vie en la protégeant discrètement.

Elle est entourée de gens malheureux sans raison véritable, à qui il manque l’aptitude au bonheur. Grâce au personnage auquel elle s’identifie, elle refuse la tristesse et la laideur de la réalité en se réfugiant dans son imaginaire.

Présenté par Christiane G.