Laviedevantsoi

Paris, quartier de Belleville, au sixième étage d’un immeuble où vivent immigrés, travestis et autres personnages colorés, Madame Rosa vit au milieu de ses souvenirs de juive déportée et d’ancienne prostituée, entourée des enfants qu’elle accueille.

Elle survit en hébergeant les enfants de ses jeunes collègues qui pratiquent encore son ancien métier.

Certains n’ont jamais de visite et personne ne paie pour eux, c’est le cas de Mohamed dit Momo. Cette solitude génère entre eux une très forte affection.

L’obésité, les problèmes cardiaques, l’isolement provoquent chez Madame Rosa des trouble qui vont la rendre « dépendante ». Momo fait alors appel aux habitants du quartier qui se dévouent pour la porter dans les six étages. Momo fait les courses, participe à la gestion des tâches courantes. Il ne va plus à l’école et pour passer le temps, il se promène dans Paris où il fait des rencontres.

Malgré son aide, l’état de santé de Madame Rosa ne s’améliore pas. On fait venir le médecin que l’on doit aussi porter jusqu’au sixième et qui envisage de l’hospitaliser, elle qui ne tenait jusque là aucun compte de ses prescriptions. Elle refuse catégoriquement et convainc Momo que l’hôpital est fait pour supprimer les gens.

 

Momo raconte la vie de ce quartier, le quotidien avec un langage imagé, des mots déformés ou  inappropriés. Avec un sourire, il nous passe le film de la vie de ces êtres déracinés ou différents et pourtant très solidaires.

Présenté par Christiane G.

Lu aussi par Claude T. : voir son avis.