Tombeauderomaingary

 L'auteur nous fait un portrait saisissant de Romain Gary en montrant toutes ses facettes. Elle détaille son oeuvre foisonnante, débordante, dénonce ses paradoxes et montre ses "multiples vies". Elle décrit l'histoire d'un écorché vif, exposé aux malheurs du monde qu'il absorbe et qui vont le marquer à jamais. L'importance des guerres dans sa vie et surtout l'impact des actes commis dans les camps de concentration : "la culpabilité d'appartenir à la même espèce que les nazis" influenceront sûrement son acte suicidaire … "c'est une victime à retardement". Elle parle également de la dette insondable contractée à l'égard de sa mère Nina, qu'il soldera en partie en écrivant "La promesse de l'aube". On a l'impression qu'il organise sa vie en fonction de ses romans : "sa vie a commencé à imiter son art". Il y a aussi l'importance des femmes : les femmes qu'il aime sont soit mortes, soit hors de portée, "avec l'amour maternel la vie nous fait à l'aube une promesse qu'elle ne tient jamais", la quête perpétuelle de la "femme" le conduit vers un nomadisme sexuel. Il vit des périodes d'exaltation, puis de détresse qui semble montrer une inaptitude à vivre, à vieillir, il fallait qu'il brûle jusqu'au bout : Gari est la traduction du verbe russe de brûlera et Ajar du mot braise ... 

Présenté par Yolande G.

Lu aussi par Christiane R. : voir son avis.