Aupresdemoitoujours

FilmAupresdemoitoujours

 

L'avis de Yolande G. :

Roman :

Un pensionnat idyllique dans la compagne anglaise, où les enfants, protégés du monde extérieur, semblent des êtres à part. Leur bien-être étant essentiel pour eux-mêmes mais aussi pour la société dans laquelle ils entreront un jour !

Film :

Le film est vertigineux et porté par la grâce, très vite (contrairement au livre) on a une révélation du statut des personnages, progression plus brutale mais tout aussi intéressante.

 

 

L'avis de Catherine C. :

Roman :

C’est le titre d’une chanson de Judy Bridgewater – Never let me go – qui a bercé l’enfance de la narratrice, Kathy H. Elle a 31 ans au début du récit et va raconter sa vie, assez particulière, depuis son enfance à Hailsham avec ses grands amis de cœur, Tommy et Ruth et tous les autres enfants. Ils sont élevés en vase clos, surprotégés et loin de la société ordinaire. Des gardiens et des demoiselles les encadrent. Pourquoi sont-ils là ? Dans quels buts ? C’est ce que l’on découvrira au fil du récit. Plus tard, adolescents, ils iront aux Cottages, où ils jouiront d’une certaine liberté et où ils découvriront les plaisirs de la vie amoureuse, avec une grande liberté sexuelle. Et enfin ils quitteront les Cottages, pour rejoindre le monde, mais lequel ? Là est le grand mystère, là est la grande inconnue, là ils vont découvrir les raisons de leurs existences si particulières.

Kazuo Ishiguro a un talent particulier pour décrire avec beaucoup de justesse et de poésie les paysages anglais. Les champs, les petites routes de campagne, les prés, les vaches, les plages, les ciels, la pluie, la bruine, la brume, le brouillard … comme des tableaux des peintres paysagistes anglais si réputés. Je ne sais pas si j’ai vraiment aimé. J’ai trouvé le style parfois un peu lourd, un peu lent, mais j’ai fini par m’attacher aux personnages, à leurs destinées, à l’atmosphère étrange qui baigne ce récit. Un peu agacée aussi, mais finalement touchée et émue devant ces personnalités complexes, drôles, mais aussi inquiètes. J’attends avec impatience de regarder le DVD du film réalisé à partir de ce roman par Mark Romanek en 2010.

L'auteur est un romancier britannique d’origine japonaise. Il est né en 1954 à Nagasaki au Japon et suit ses parents en Angleterre en 1960. Il y restera, y fera toutes ses études. Il est marié à une Ecossaise et ils ont une fille. Il a commencé à publier ses romans dans les années 1980.

Film :

C’est l’histoire de trois amis, soudés depuis leur enfance particulière à Hailsham : Kathy H. jouée par Carey Mulligan, Ruth, jouée par Keira Knightley et Tommy, joué par Andrew Garfield. Charlotte Rampling est la directrice autoritaire et inflexible de Hailsham. Le film est assez fidèle au livre. Il y a bien les trois parties distinctes : Hailsham, les Cottages et les hôpitaux. On entendra la chanson de Judy Bridgewater « Never let me go » qui a tellement bouleversé Kathy H. Mais le fait d’avoir lu le livre avant comble les trous du scénario et le scénario est beaucoup plus explicite que le livre pour justement aider le spectateur à comprendre les raccourcis. Mon mari, qui a vu le film avec moi sans avoir lu le livre a été touché par l’histoire, l’ambiance et les personnages (il m’a pourtant demandé si Tommy était aussi benêt dans le livre !), mais j’ai été obligée de lui expliquer certaines choses pas très claires si on n’a pas lu le livre. De mon côté, je l’ai trouvé plutôt assez fidèle au livre, ce qui ne semblait pas du tout évident au départ, en raison de la longueur de l’histoire, de la complexité du style, des situations et des personnages. Je n’aurais jamais imaginé qu’un metteur en scène puisse se lancer dans cette aventure. Un bon point pour lui. Le scénariste du film est un ami proche de Kazuo Ishiguro (j’ai oublié de noter son nom), qui, dés la lecture du roman, a immédiatement déclaré à Kazuo Ishiguro son envie d’en faire un film. Ils ont choisi Mark Romanek, un réalisateur américain né en 1959, surtout auteur de clips vidéos pour des chanteurs (U2 – Michael Jackson – David Bowie – Madonna …)

 

 

L'avis de Christiane G. :

Roman :

Dès les premières lignes, nous sommes surpris par l’activité de Kathy, qui est accompagnante, travail qui l’amène à se déplacer pour rendre visite à des personnes hospitalisées.

Elle ne semble avoir aucune vie sociale et se pose beaucoup de questions sur son passé.

Son enfance, elle l’a vécue dans un pensionnat au milieu de la campagne anglaise sans aucun contact avec l’extérieur. Elle y avait deux amis, Ruth et Tommy, avec lesquels

elle discutait des sujets qui la préoccupait, comme le comportement étrange du personnel d’encadrement et la nécessité d’être toujours en bonne santé …

Très lentement, nous constatons que ces enfants n’ont ni parents ni famille, on les incite à faire des dessins pour une mystérieuse dame qui vient les prendre régulièrement mais seulement s’il sont réussis.

Adolescents, ils sont hébergés dans un cottage où ils sont autorisés à être en couple et même avoir des relations sexuelles et à s’aimer.

Elle va retrouver ses deux amis et malgré l’amour qui la lie à Tommy, se rendra compte que leur existence compte peu pour l’organisation qui les a élevés.

Film :

Le film est relativement fidèle au livre. Les acteurs sont bien choisis, émouvants par leur naïveté et leur insouciance mais je leur trouve peu de curiosité sur leur vie et un manque de force de conviction dans l’expression de leurs sentiments.

Le sujet du film nous met mal à l’aise et provoque beaucoup d’émotion, j’ai eu du mal à le regarder jusqu’au bout et il donne des frissons.

 

 

L'avis de Claude T. :

Roman :

Angleterre, fin des années 1990. Kathy raconte ses souvenirs. Actuellement elle est « accompagnante » et s’occupe de « donneurs ». Elle raconte une enfance protégée dans un beau pensionnat avec ses amis Ruth et Tommy. Qui sont les enfants du pensionnat ? Ils semblent sans famille, on sent une sorte de résignation, le mystère pèse. Ishiguro décrit très bien un manque d’élan vital.

Il s’agit de science-fiction mais cela pourrait être presque possible.

Film :

Le film suit d’assez près le déroulement du livre. Mais on comprend plus vite de quelle fiction il s’agit et par conséquent, le mystère et le suspens y perdent. On sent moins le travail de mémoire que fait Kathy. Du coup, le film m’a semblé un peu laborieux bien qu’il soit élégant et agréable à regarder.

 

 

L'avis de Claudine T. :

Roman :

La lecture du livre de Kazuo Ishiguro m'a particulièrement touchée; ces jeunes, élevés dans un but précis, nous fait entrevoir des futurs terrifiants. Il y a beaucoup de points d'interrogation tout au long du récit et l'explication n'est dévoilée que vers la fin.

Film :

Le film reproduit assez fidèlement le roman mais "la clé de l'histoire" est connue très rapidement, ce qui enlève un peu d'intérêt et un peu de suspense à celle-ci. Je reconnais quand même que le film est bien fait, avec des acteurs convaincants.