Lebonheurconjugal

La première partie du roman est racontée par un peintre de renommée internationale, en état de complète dépendance à la suite d’une attaque cérébrale, incapable de tenir un pinceau.

Pour échapper à l’ennui et à la dépression, il fait écrire son enfance, ses études, les nombreux voyages luxueux, ses relations et ses maîtresses, et enfin son mariage avec une femme plus jeune mais d’un milieu modeste.

Ils semblent avoir vécu deux années très heureuses. La naissance des enfants, les habitudes qui reprennent le dessus vont transformer leur mariage en enfer.

La seconde partie, c’est la réponse de l’épouse qui a découvert son récit et répond point par point en donnant sa version.

Elle se souvient de la mésestime de sa belle-famille à son mariage, la façon dont le peintre lui impose de rester à la maison pour les enfants et à son service.

Elle pense à s’en aller mais l’attaque cérébrale dont a été victime son mari l’oblige à rester autant par sens du devoir que par désir de vengeance.

 

Histoire intéressante avec beaucoup de détails, d’images sur les coutumes marocaines et surtout la différence d’interprétation de la vie de couple pour un homme et une femme d’âges et de milieux différents.

 

Tahar Ben Jelloun est un auteur marocain, né en 1944, vivant en France et ayant obtenu le prix Goncourt en 1987 pour « La nuit sacrée ». Il est aussi poète et peintre.

Présenté par Christiane B.