Lafemmelaplusricheduyorkshire

Adam Serghini, jeune universitaire marocain ayant étudié l'économétrie en France, a obtenu une bourse de recherche à l'université d'York, dans le nord de l'Angleterre. Très intrigué par le peuple anglais, il n'arrête pas de les observer dans leur quotidien et trouve que le pub The Blue Bell se prête particulièrement à l'exercice. C'est là qu'il rencontre, un soir, Cordélia, une femme d'âge mûr qui lui affirme être la femme la plus riche du Yorkshire tout en étant excentrique, arrogante et très autoritaire …

J'avais beaucoup aimé Une année chez les Français de ce même auteur alors j'ai pensé que j'allais retrouver les mêmes qualités dans ce court roman. Hélas, je me suis plutôt ennuyée au long des pages ! L'idée de comparer sociétés anglaise et marocaine, d'ironiser sur les travers de chaque peuple, c'était ça qui m'avait attirée, avec la promesse de bons moments amusants. Mais au final, j'ai trouvé les personnages très caricaturaux et peu représentatifs. Cordélia n'est vraiment pas sympathique mais des gens comme elle, on en trouve partout dans le monde. Quant à Adam, il n'est pas attachant non plus car il ne s'implique pas dans l'histoire ou alors seulement superficiellement. On découvre la vie étrange de Cordélia, comment elle est devenue riche mais je n'ai rien trouvé de passionnant ni d'original là-dedans même s'il y a quand même deux ou trois situations absurdes et tendant vers le cocasse (mais pas suffisamment pour provoquer le rire). Qui plus est, j'ai été un peu perturbée par la narration car l'auteur s'adresse parfois au lecteur lors de parenthèses plus ou moins longues. Au début, ça fait un peu bizarre mais on s'y fait et finalement, c'est parfois ces réflexions que j'ai trouvées le plus amusantes (mais produisant juste un léger sourire). Au final, heureusement que le livre n'était pas très long car sinon, je pense que j'aurais abandonné cette lecture. En tout cas, cela ne me donne pas envie de lire autre chose de cet auteur dont j'avais pourtant un bon souvenir !

Présenté par Joëlle H.

Lu aussi par Milou B. : voir son avis.