Nageurderiviere

Le livre est composé de deux longues nouvelles : Au pays du sans-pareil et Nageur de rivière.

Ces deux nouvelles posent la question de ce qu’il faut faire et ce à quoi il faut renoncer pour arriver à être vraiment soi-même, ce pour quoi on se sent fait.

Dans « Au pays du sans-pareil », Clive, 60 ans, est un New-Yorkais, brillant intellectuel, expert en art, professeur dans une grande université, plein d’entregent. Mais intérieurement, rien ne va plus. Il se voit comme « homme à tout faire de la culture », il regrette son divorce d’il y a 20 ans, il regrette d’avoir renoncé à la peinture, il est fâché avec sa fille. Une occasion va le ramener dans la ferme de son enfance, dans le Michigan, auprès de sa mère : cela va lui permettre de changer.

Cette nouvelle est très lumineuse.

Dans « Nageur de rivière » - nouvelle d’une tonalité plus grave - Thad est un jeune homme qui aime par-dessus tout nager. Il est capable de nager plusieurs jours, de traverser le lac Michigan. Dans la rivière, il est heureux, il rencontre des bébés aquatiques dont lui a parlé la vieille indienne qui l’a élevé, il est dans un monde à lui. Une université est prête à l’accueillir pour ses qualités sportives. Deux filles extraordinaires l’aiment. Que va-t-il choisir pour sa vie d’adulte ?

J’ai beaucoup apprécié ce livre. L’écriture de Jim Harrisson est alerte et concrète. La nature est omniprésente, l’humour toujours sous-jacent. Passages magnifiques : le début de la première nouvelle, l’accident de Thad. Les questions posées sont quelquefois déchirantes mais je suis sortie de cette lecture assez revigorée.

Présenté par Claude T.