Onestserieuxquandona17ans

Yvon Le Men, poète, se raconte. Il a dix-sept ans, c'est un jeune Breton de Tréguier, orphelin de père, avec une sensibilité à fleur de peau, quelques expériences précoces de rébellion et un sens aigu de l'injustice. Autant de particularités qui, en 1970, entrent en résonance avec l’ébullition de l'époque. A Rennes, il s'épanouit dans ce bouillonnement, découvre la politique et l'amour jusqu'au jour où la belle histoire de son jeune couple tourne dramatiquement court. Sa douleur, son impuissance ne parviennent à s'exprimer qu'en mots sur une feuille de papier : « Si mon copain Daniel ne m'avait pas dit que je faisais de la poésie, je ne l «'aurais pas su » ». Un mode d'expression qui ne le lâchera plus, mêlant sentiments et militantisme au plus près d'une région, de ses habitants, de ses luttes mais aussi diseur du monde. Il fait le récit des rencontres qui le nourrissent : Grall, Guillevic et raconte ses débuts sur scène en octobre 1972 qui lui font dire que « écrire et dire » sont définitivement sa vie.

Un récit d’apprentissage, simple, dense, intense qui mêle éléments autobiographiques et poèmes, les siens mais aussi ceux de ses contemporains. Il m'a fait assister non seulement à la naissance d'un poète et à ses premiers pas mais m'a également fait découvrir le paysage culturel de la Bretagne des années 1970 à 1981.

Présenté par Nadine V.