Meursaultcontreenquete

Il est le frère de « l’Arabe » tué par un certain Meursault, dont le crime est relaté dans un célèbre roman du XXème siècle (L’Etranger d’Albert Camus). Soixante-dix ans après les faits, Haroun, qui depuis l’enfance, vit dans l’ombre et le souvenir de l’absent, son frère Moussa, ne se résigne pas à laisser celui-ci dans l’anonymat : il redonne un nom et une histoire à Moussa, mort pas hasard sur une plage trop ensoleillée. Haroun est aujourd’hui un vieil homme tourmenté par la frustration. Soir après soir, dans un bar d’Oran, il rumine sa solitude, sa colère contre les hommes, son désarroi face à un pays qui l’a déçu. Etranger parmi les siens, il a été dominé toute sa vie par une mère castratrice qui n’attendait de lui qu’une chose : qu’il venge la mort de ce fils assassiné … Il raconte son histoire à ce qui semble être un universitaire qui veut écrire une thèse sur cette histoire. Il raconte leurs errances, à sa mère et à lui, à la recherche du corps de Moussa pour lui donner une sépulture décente. Ils se recueilleront sur une tombe vide. En 1962, au moment de l’indépendance de l’Algérie, il tuera Joseph, le roumi mort de peur venu se réfugier chez eux, victime expiatoire qui vengera la mort anonyme de Moussa. Il y a Meriem, jeune étudiante d’Alger qui vient enquêter sur Moussa pour sa thèse. Haroun en sera amoureux mais sa mère l’en séparera, incapable d’accepter la présence de toute autre femme qu’elle. Elle lui aura détruit toute envie, toute possibilité, toute capacité de vivre normalement, telle une sorcière maléfique tapie à ses côtés.

 

Kamel Daoud navigue entre le roman de Camus, l’histoire de la Guerre d’Indépendance, la fuite éperdue des Pieds-Noirs, les règlements de comptes sauvages entre les différentes factions. Un savant mélange brillantissime de littérature et d’histoire. J’ai beaucoup aimé, bluffée par ce que je considère comme une prouesse littéraire. Le sélectionner pour le Goncourt était amplement justifié.

 

L'auteur est né en 1970 à Mostaganem, près d’Oran. Il est journaliste au Quotidien d’Oran, où il tient depuis douze ans la chronique la plus lue d’Algérie. Il vit à Oran. Il est menacé par les intégristes. Meursault, contre-enquêteest son premier roman. Il a été sélectionné pour le Goncourt 2014. Il est arrivé en finale contre Pas pleurer de Lydie Salveyre, qui, elle, a obtenu le Goncourt cette année-là. Il a néanmoins obtenu le Prix Goncourt 2015 du Premier Roman.

Présenté par Catherine C.