Poemessaturniens

Paul Verlaine (1844-1896) vécut une existence tumultueuse. Il souffre de profondes angoisses dès l’âge de 13-14 ans et écrit des poèmes sur la mort. Après l’obtention de son bac en 1864, il commence à fréquenter les salons littéraires et développe son don de l’écriture. Mais ses angoisses vont l’amener à sombrer dans l’alcoolisme. La perte de son père et de son premier amour vont profondément le marquer. Il fera de nombreuses crises de fureur. C’est durant cette période qu’il écrit ses Poèmes saturniens (1866) dont est tiré le poème « Chanson d'automne ».

Sa rencontre en 1869 avec Mathilde Mauté est la promesse pour lui de retrouver une vie calme et rangée, et de connaître enfin le bonheur. Il publie Les Fêtes galantes et La Bonne chanson (1869-1870), pour extérioriser ce bien-être et cette joie de vivre. Mais il sera de courte durée.

Tourmenté par la Commune et le Siège de Paris, exalté par sa liaison avec Rimbaud, il gagne l’Angleterre avec lui, et pris d’un coup de folie, le blesse avec une arme à feu. C’est en partie en prison qu’il rédigera les poèmes qui constitueront Romances sans paroles.

Sa conversion au catholicisme va lui apporter un nouveau souffle, une nouvelle période de bonheur, pendant laquelle il va tenter de vivre son idéal chrétien. Il publie Sagesse en 1881, mais finit sa vie dans une profonde misère. En effet, il se remet à boire et poursuit une vie d’errance. Il meurt en 1896.

J’ai choisi le poème « Chanson d’automne » pour découvrir son véritable sens ainsi que la démarche de l’auteur. Par une poésie qu’il souhaite musicale, limpide et sincère, il a voulu exprimer son mal-être, sa mélancolie, en choisissant la saison de l’automne. Il montre par la chute des feuilles la fatalité de son destin. Ce poème a été repris en chanson par de nombreux interprètes, tels Charles Trenet, Georges Brassens, ou encore plus récemment Mathias Malzieu (chanteur du groupe Dionysos). Pour lui, la poésie reste simple, au plus près de l’âme. « L’art mes enfants, c’est d’être absolument soi-même », dit-il. J'ai aimé découvrir sa vie et son oeuvre qui lui ressemble.

Présenté par Aurélie D.