Envieillissantleshommespleurent

Juillet 1961. Albert est ouvrier chez Michelin et vit dans un petit village, la télé, le remembrement et un monde qu’il ne comprend plus.

Suzanne coud, Gilles le cadet se passionne pour la lecture, l’ainé, ingénieur, est en Algérie et va passer à la télé !!!!

Belles descriptions de cette période de basculement ville/campagne. Beaux regards sur les êtres humains et ses non-dits.

Belle conclusion de François Busnel : « Jean-Luc Seigle signe un hymne à la vie qui porte les couleurs du désespoir. Avec pudeur, il met les mots sur les silences, conscient sans doute que les mutismes de l’histoire tuent plus que les balles ennemies. »

Présenté par Christiane R.