Journal19731982

L'auteure américaine Joyce Carol Oates ne se limite pas à écrire de nombreux romans, essais, nouvelles ou poèmes. Elle écrit son journal, parlant aussi bien de sa vie de couple, que de sa vie de professeur d'université ou des moments où elle écrit. Allant de l'année 1973, où son mari et elle habitent encore Windsor, près de Détroit, à l'année 1982, où le couple s'est installé près de Princeton, on peut découvrir la richesse de la vie de l'écrivaine, alliant réflexions sur l'art, sur la difficulté de concilier son personnage « public » et ce qu'elle est dans la vie privée, sur le processus de création de plusieurs de ses romans …

J'aime beaucoup cette auteure mais je suis loin d'avoir tout lu des titres qu'elle a publiés (je dois avoir au moins une dizaine de titres d'elle dans ma Pile-A-Lire). Je n'ai pourtant pas vraiment l'habitude de lire des journaux intimes ou des biographies mais dans ce cas-là, j'ai fait une exception et je ne regrette pas car je me suis vite retrouvée happée par le ton et la voix de Joyce Carol Oates ! Le journal ne comporte pas toutes les entrées de chaque année mais une sélection permettant de suivre les idées et raisonnements de l'auteure sans être alourdi par trop de détails. On y découvre une femme attachante et naturelle, qui a du mal à s'identifier à l'auteure publique, à l'image qu'elle donne d'elle. J'ai aussi trouvé passionnant la façon dont elle conçoit un roman, le temps de maturation de l'histoire, l'écriture et les nombreuses réécritures de chaque page. Le tout est intégré dans sa vie quotidienne de professeur, d'épouse et d'amie et on découvre les soirées, les repas ou les rencontres avec quantité d'auteurs connus, comme Philip Roth, John Updike, Susan Sontag ou Ann Tyler. J'ai aimé voir qu'elle attachait beaucoup d'importance à une vie simple, où marche, observation des oiseaux et de la nature, lecture et autres activités paisibles font partie du quotidien et où j'ai pu m'identifier. Ce n'est quand même pas une lecture facile mais j'ai eu un pincement de tristesse au moment de refermer ce livre, un peu comme si je quittais une amie !

Présenté par Joëlle H.