Nosdisparus

En novembre 1918, le jeune Sam Simoneaux, d'origine cajun, est envoyé sur le front en France mais à leur arrivée, après une traversée de l'Atlantique très éprouvante, les soldats apprennent que la guerre est terminée. Ce n'est pas pour autant qu'ils sont renvoyés chez eux : on leur demande tout d'abord d'aider dans les hôpitaux puis d'aller « nettoyer » les champs de bataille de toutes les bombes et grenades qui n'ont pas encore explosé. Quelques années plus tard, en 1921, Sam est revenu chez lui à la Nouvelle-Orléans, et travaille comme responsable d'étage dans un grand magasin. Lors d'une journée de travail, une fillette de presque quatre ans est enlevée et Sam est considéré comme responsable de n'avoir pas su empêcher le drame et renvoyé. Dans l'espoir d'être réembauché, il décide alors d'aider les parents de Lily, musiciens, à retrouver la petite et se fait engager comme lieutenant sur un bateau dancing sillonnant le Mississippi, où la famille travaille encore malgré la disparition de la fillette …

Je ne connaissais pas du tout cet auteur mais ce fut presque un coup de foudre entre son livre et moi ! Mêlant aventures, suspense, réflexions sur les relations familiales, le passé, l'héritage que les nôtres peuvent nous laisser, on flotte au gré du Mississippi, allant du sud au nord et retour tout en s'arrêtant pour des incursions dans les terres qui le bordent. Sur fond de musique de jazz, de pauvreté, d'entêtement, Sam va partir à la recherche de Lily mais il va aussi en profiter pour mieux se comprendre lui-même et assimiler la tragédie familiale qui l'a séparé de ses propres parents, qu'il n'a jamais connus. Le titre est donc parfaitement adapté pour le sujet, qui mélange aussi bien petits morceaux d'Histoire et nostalgie, moments dignes des westerns et découverte d'une époque et d'une région que l'auteur connait apparemment bien. J'ai tout de suite été happée dans l'histoire, suivant Sam au fil de ses pérégrinations et le trouvant de plus en plus attachant. On le sent profondément humain et on a envie que tout ce passe bien pour lui mais ce ne sera pas toujours le cas. Le roman permet de réfléchir à son propre concept de la famille, des disparus qui nous entourent, de la vengeance quand on a été blessé, des liens qu'on peut tisser avec des gens qui ne nous sont rien au départ. S'il n'y avait pas le fil conducteur concernant la recherche de Lily, cela aurait pu paraitre plus long mais j'ai trouvé que le livre se lisait vraiment bien, facilement, presque comme un polar alors qu'il est bien plus que ça, avec des passages très philosophiques mais qui ne le paraissent pas et qui se lisent donc avec plaisir et sans ennui. J'ai vu que l'auteur avait déjà publié un roman en France et je vais vite le lire en espérant être aussi enchantée qu'avec celui-ci !

Présenté par Joëlle H.

 

Pour Sam Simoneaux qui n’a qu’une vingtaine d’années, les disparus sont déjà nombreux. Tout d’abord, il a perdu toute sa famille cajun assassinée par vengeance dans la campagne de la Louisiane. Bébé de six mois, il a été le seul rescapé, élevé par son oncle avec ses cousins. Peu attiré par le travail de la terre, il viendra tenter sa chance à La Nouvelle-Orléans où il espère exercer ses talents de pianiste. Après un bref passage sur les champs de bataille encore fumants de la Grande Guerre en Europe, il sera engagé comme responsable d’étage dans un grand magasin de La Nouvelle-Orléans. Alors qu’il vient de perdre un enfant de deux ans de maladie, il va être accusé de la disparition de la petite Lilly, la fille d’un couple de musiciens qui travaillent sur un des bateaux dancing qui sillonnent le Mississippi et perd son travail. Il sera finalement engagé, grâce aux parents de Lilly qui, désespérés, attendent beaucoup de lui, sur « L’ambassador », un gros bateau d’excursions qui sillonne le Mississippi jusqu’à Memphis, où il assurera la sécurité, l’accueil … et jouera dans l'orchestre à l’occasion. Il se fait le serment de retrouver leur fille. Sa femme Linda compréhensive le soutiendra en l’attendant.

Roman d’aventures plein de rebondissements qui plonge le lecteur dans la belle époque des croisières sur le Mississippi avec les bateaux à roues à aubes, l’émergence du jazz grâce aux extraordinaires musiciens noirs qui arrivent à se faire reconnaître tant bien que mal à une époque où le racisme est « normal », la place de l’alcool dans les soirées et ses conséquences délétères, les habitudes de violence et le pouvoir ordinaire des armes. Très beau roman où le héros Sam, un artiste intelligent, responsable et plein d’humanité, donne une image rassurante. Et enfin roman très bien écrit et très documenté qui apprend beaucoup sur cette époque, les habitants et leurs mentalités, la géographie et les activités sur et le long du fleuve.

Tim Gautreaux, surnommé « le Conrad des bayous » selon ses pairs, est né en 1947 en Louisiane.

Présenté par Marie-Annick D.