Histoiredelaviolence

Dans ce deuxième roman, le jeune auteur Edouard Louis raconte l’agression dont il a été victime le soir de Noël 2012. Ce soir-là, il rencontre un jeune Kabyle, Reda, et le laisse monter dans son appartement. Au petit matin, Edouard Louis réalise que Reda lui a dérobé son téléphone. Il essaie alors de le raisonner et de récupérer son bien. Le voleur devient de plus en plus agressif, il finit par tenter d’étrangler Edouard Louis et le viole avant de s’enfuir.

Un an plus tard, Edouard Louis relate cette aventure en empruntant la voix de sa sœur : il l’entend derrière la porte raconter cette histoire à son mari.

Ce stratagème littéraire permet à l’auteur de faire entendre deux récits et deux langues : celle de sa sœur, qui représente la voix, la langue, les expressions et les réflexions que l’auteur a entendues pendant son enfance en Picardie et celle de l’auteur devenu aujourd’hui un étudiant cultivé.

 

Cet exercice permet de percevoir le travail que l’auteur fait sur son propre passé qui jaillit et surgit encore dans ses pensées et ses réactions. Il a ainsi du mal à porter plainte contre Reda, car lui-même se sent encore appartenir à ce monde des voleurs et des révoltés.

 

Un roman, intelligent et sensible qui interroge sur les traces laissées par la famille et le groupe social auquel on appartient.

Présenté par Marie-Pierre B.