Duboutdesdoigts

Dans le milieu des années 1800, à Londres, Sue, une jeune orpheline de 17 ans vit avec la femme qui l'a recueillie bébé, après l'exécution de sa mère, voleuse et meurtrière. Dans le voisinage gravitent pickpockets, faussaires, et autres personnages peu recommandables mais c'est le seul milieu que Sue a connu depuis qu'elle est toute jeune. Un jour, Gentleman, un homme roublard et élégant, lui propose de faire partie d'une machination visant à récupérer l'héritage d'une jeune fille de bonne famille : il suffit à Sue de devenir la femme de chambre de Maud Lilly, qui vit cloîtrée dans un manoir avec son oncle, passionné de littérature d'un genre spécial, et de la pousser dans ses bras pour qu'il l'épouse et qu'elle récupère ainsi sa fortune. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu …

Troisième roman que je lis de cette auteure, c'est le plus abouti et le plus intéressant à ce jour ! Malgré le nombre de pages, celles-ci ont défilé rapidement et les nombreux rebondissements de l'histoire ont maintenu sans problème mon intérêt. La découverte de différents milieux (celui des voleurs et celui des asiles entre autres) est un plus car les descriptions sont très réussies et on arrive très bien à se représenter ceux-ci. Une des seules difficultés de ce roman est le langage et le vocabulaire utilisé, emprunté à Dickens (et Eugène Sue pour la traduction française). Du coup, certains mots d'argot et certaines expressions paraissent lourds et bizarres (vu que c'était la première fois que je les découvrais) mais cela n'empêche en rien la compréhension de l'histoire (par exemple, une fourline est une voleuse qui pique dans les poches). Et comme on s'habitue peu à peu au vocabulaire et aux tournures de phrases, cela sert à mieux faire rentrer le lecteur dans l'histoire et l'époque. Si des mots modernes avaient été utilisés, cela n'aurait pas été aussi efficace ! Comme souvent chez Sarah Waters, il y a bien sûr une histoire d'amour féminine mais celle-ci passe au second plan (contrairement aux autres romans que j'ai lu d'elle), bien qu'elle reste un des fils conducteurs du livre (mais un fil conducteur moins évident cette fois). Les personnages sont bien campés : chacun a ses qualités et ses défauts et les difficultés de la vie de l'époque viennent influencer leurs actions de façon cohérente et compréhensible (même si, en tant que lecteur actuel, on a parfois un peu de mal à accepter certaines attitudes). Une lecture intéressante et prenante, mon favori de cette auteure pour l'instant !

 

Présenté par Joëlle H.