Enavantroute

Alix de Saint-André décide de parcourir le chemin de Compostelle, elle qui n'est pourtant pas une inconditionnelle de la marche et qui fume plutôt beaucoup. En 2003, elle effectue le parcours à partir de Saint-Jean-Pied-de-Port et apprécie les rencontres qui ont eu lieu sur la route, malgré les difficultés inhérentes à l'effort physique. Mais cette expérience ne lui paraît pas suffisante et elle repart une seconde fois, sur le chemin dit anglais et encore une troisième fois, cette fois la plus aboutie, en partant de chez elle au bord de la Loire …

Après avoir crapahuté en pleine nature avec Bill Bryson sur l'Appalachian Trail dans l'est des Etats-Unis, j'ai voulu comparer avec une autre aventure au long cours mais cette fois en Europe et partiellement en France avec les chemins de Compostelle. Autant dire que cela n'a strictement rien à voir ! Mais j'ai quand même retrouvé de l'humour dans le récit d'Alix de Saint-André et des personnages hauts en couleur. La motivation de départ est déjà fondamentalement différente, les gens parcourant les chemins allant à Compostelle le faisant bien souvent pour des raisons spirituelles ou religieuses, même si ce n'est pas le cas de tous. Et c'est cet aspect-là du livre qui m'a le moins plu, même s'il était en général peu développé mais il était souvent omniprésent, ne serait-ce qu'à travers les points de chute pour les nuits (sans compter que l'auteure a sa propre raison spirituelle de faire ce chemin). J'ai néanmoins appris beaucoup de choses sur le sujet (j'ignorais qu'il y avait plusieurs chemins par exemple) et j'ai aimé découvrir les petites anecdotes et rencontres avec lesquelles l'auteure a émaillé son récit. Les autres randonneurs sont sympathiques, parfois un peu étranges, toujours motivés et ils portent en partie le livre, lui donnant un aspect humain bien agréable. A la fin de cette lecture qui, malgré mes quelques bémols, a été rapide et facile, je me suis demandé quel trajet je préfèrerais faire si j'en avais l'occasion et le courage et je pense que j'opterais pour l'Appalachian Trail, plus proche de la nature, même si je n'aime pas du tout camper (et personne ne campe sur les chemins de Compostelle !).

Présenté par Joëlle H.

Lu aussi par Milou B. lors d'une rencontre précédente : voir son avis.