Dictionnaireamoureuxdelabretagne

« Ma Bretagne est d'Armor, le pays dans la mer. Elle est d'Armor, elle est d'Argoat – mer et forêts – arrimée par l'ouest à ses destinées atlantiques, et par l'est à la pointe aiguë du socle européen. »

Ce gros bouquin est un hymne à la Bretagne. Difficile à résumer parce que très dense, il nous raconte toute l'histoire de Bretagne, sa mythologie depuis Nominoé, le plus grand roi de Bretagne, les guerres contre les Francs, les druides et leurs dieux, le Barzaz Breizh, recueil de poésies populaires récoltées au début du XIXème siècle par le marquis Hersart de la Villemarqué (né et enterré à Quimperlé) et dont Georges Sand fît l’éloge à l’époque. Ce sont ces poésies et poèmes qui ont été mis en musique et que l’on entend dans les Fest Noz. On y retrouve aussi Anne de Bretagne et ses mariages avec les Rois de France, la Bretagne et ses légendes qui se transmettent par la tradition orale. Yann Queffélec nous égrène les noms de nos bardes anciens et récents comme Glen Moor, de nos écrivains comme Anatole Le Braz, Pierre Loti, etc … et plus près de nous Eugène Guillevic, Xavier Grall, Pierre Jakez Hélias, Mona Ozouf, Iréne Frain …

Tout y est dans ce dictionnaire amoureux : les pardons, les traditions, la nourriture, les grands voiliers, par exemple le Belem, les bateaux de guerre comme le Clémenceau à Brest, les grands navigateurs comme Eric Tabarly, Olivier de Kersauzon et d’autres …, les capitaines d’industrie comme Hénaff, Bolloré, Pinault … On y voit l’Armor avec ses côtes déchiquetées ou plus douces dans le Sud. Ses iles, Groix, Belle Ile, Sein, Molène …, l’Argoat avec ses chapelles, ses fontaines, une nature plus douce parfois, quoique les Monts d’Arrée n’ont rien de « doux », on les imagine battus par le vent d’hiver, la forêt de Brocéliande et Merlin l’enchanteur.

Ce dictionnaire coule de source pour Yann Queffélec. C’est un écrivain et un conteur à la fois, il nous semble l’entendre raconter ce qu’il nous écrit. C’est un observateur attentif.

Les lettres de l’alphabet défilent, servent de repères à chaque chapitre, aussi nous pouvons prendre ou reprendre notre lecture comme bon nous semble, entrainés par l’auteur et son style délié nous racontant l’Histoire de Bretagne, confortant ceux qui en sont déjà amoureux, donnant à ceux qui ne la connaissent pas l’envie de la connaitre.

« Si tu veux savoir qui tu es, sache d’abord d’où tu viens » dit Aimé Césaire, c’est une citation qui va très bien à Yann Queffélec …

 

En aparté : dans cet ouvrage, il y cite ma mère (en page 122), quand il parle de « cette tradition de bienvenue en Bretagne ». Il la décrit parfaitement en rappelant son sens de l’hospitalité, peut-être parce que dans son enfance, à la campagne, dans une famille de neuf enfants, il y avait toujours une place pour celui qui frappait à la porte et demandait gîte et couvert. Dans ces 12 lignes, je retrouve exactement la personnalité de ma mère et l’ambiance qui existait chez nous à cette époque … jusqu’à l’odeur du café. J’avoue avoir été émue et fière à la lecture de ce paragraphe.

 

Yann Queffélec est né le 4 septembre 1949 à Paris. Il a reçu le Prix Goncourt en 1985 avec « Les Noces Barbares ».

Présenté par Milou B.