Lesracinesduciel

C’est l’histoire de Morel qui va partir en campagne dans l’Afrique Equatoriale Française –AEF- pour sauver les éléphants tués en grand nombre pour leur ivoire et les tableaux de chasses des colons ou des riches de ce monde. Morel est Français, il a une dette envers ces grands pachydermes. Quand il était en Allemagne, prisonnier dans un camp de travail forcé sous le nazisme, il a survécu en imaginant ces immenses troupeaux parcourant les grands espaces africains, les forêts, les savanes. Il est entouré de nombreux personnages, qui vont, les uns après les autres, raconter son épopée. Il y a les administrateurs de la colonie française, deux prêtres, un Danois, deux Américains, des militaires, une jeune Allemande, Minna, et aussi bien sûr des Africains, traditionalistes ou au contraire engagés dans un début de lutte pour l’indépendance de l’Afrique. Tout se mêle, tout se mélange, tous se servent les uns des autres pour arriver à leurs fins.

Ce récit est incroyablement visionnaire. Il raconte très bien le devenir des états africains, les luttes pour le pouvoir entre les différentes ethnies. Il raconte surtout, et c’est encore d’une actualité brûlante, l’obligation de protéger l’humanité, la faune et la flore des prédateurs que sont les hommes. C’est un livre impossible à résumer, tellement il est dense. Je l’avais lu il y a bien longtemps, j’avais été éblouie par sa beauté. Je l’ai relu pour notre réunion sur Romain Gary et j’ai revécu le même enchantement. Ce livre est, à mes yeux, un monument. C’est un livre qui m’aura beaucoup marquée.

Présenté par Catherine C.