Paspleurer

Alors que sa vieille mère souffre de troubles de la mémoire, elle raconte à sa fille Lydia (l’auteure ?) son expérience « libertaire » - « un pur enchantement » - initiée par les républicains démocrates espagnols en juillet 1936 alors qu’elle avait 15 ans et un frère enthousiaste pour les nouvelles idées. Mais la guerre civile ne tardera pas à faire rage et conduira chaque camp au pire totalitarisme destructeur.

Parallèlement à ce récit truculent émaillé d’espagnol et d’un « français bancal », l’auteure dévoile les pensées de Bernanos, grand chrétien s’il en est, horrifié par les exactions commises à Palma de Majorque où il séjourne et notamment par la position de l’Eglise qui les soutient ouvertement. « L’Eglise espagnole est devenue la putain des militaires épurateurs ». Elle les retrouve dans son récit publié alors : « Les grands cimetières sous la lune ».

 

Très beau roman, original dans sa construction, son style, son écriture. A lire et à relire !

Présenté par Marie-Annick D.